Le Forum Index du Forum

Le Forum


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Demain, les cyberconflits>>La guerre électronique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Index du Forum -> . -> Actualités
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Berna Lydie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 150
Localisation: France
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Aoû - 12:10 (2011)    Sujet du message: Demain, les cyberconflits>>La guerre électronique Répondre en citant

Demain, les cyberconflits>>La guerre électronique 
Soyez-en convaincus, dans les années à venir vous endurerez ou participerez à des cyberconflits.
Tous les ingrédients sont réunis pour faire des réseaux électroniques le théâtre et l’enjeu de nouvelles formes de luttes.

Pourquoi les cyberconflits sont-ils si probables ?
Une des caractéristiques des attaques électroniques est qu’elle laissent peu ou pas d’indication fiable sur leur origine.
En effet, une attaque électronique est anonyme, ou pire, peut usurper l’identité d’un tiers.
Vous pouvez donc être attaqué par une « cyber-arme » est ignorer complètement qui est votre agresseur.
Et dès lors que vous ne savez pas avec certitude qui vous agresse, il est difficile de riposter… au risque de vous faire un ennemi supplémentaire.
En mai 2007, l’Estonie (souvent appelée E-stonie pour son degré d’informatisation) a été victime d’une cyber-attaque massive.
Cette agression qui a aveuglé et paralysé le pays visait les systèmes de communication (téléphone, internet, radio et télévision), les systèmes de communication gouvernementaux et le système bancaire estonien.
Le contexte politique de l’époque désigne la Russie comme auteur présumé des attaques… mais ni le gouvernement estonien, ni l’OTAN n’ont pu acquérir la certitude formelle que l’attaque était dirigée depuis la Russie… ni par qui.
Pourquoi ?
Parce que cette attaque utilisait des machines partout dans le monde pour saturer les réseaux Estoniens.
Cette difficulté à identifier avec certitude l’ennemi et à risposter donne un avantage considérable à l’attaquant.
Grace aux cyberarmes, prendre l’initiative d’une attaque peut s’avérer très bénéfique.
 Comme l’explique Guy-Philippe Goldstein, ce déséquilibre entre attaque et défense est traditionnellement un moteur à conflits.

Les cybercombattants au service de causes privées
Aujourd’hui déjà, les nations n’ont plus le monopole de la guerre.
Les organisations terroristes internationales nous montrent que les « guerres » de groupes d’individus contre des nations sont possibles.
Je crois que les conflits de demain iront plus loin dans la privatisation des actions de guerre, créant une nouvelle palette de conflits. J’envisage trois protagonistes potentiels des cyber-conflits de demain :
Les états, les entreprises, les groupes d’individus (criminels et/ou activistes).

Les états s’arment pour la cyber-guerre :
Il y aura toujours des conflits ouverts entre états.
La guerre électronique n’est alors qu’une arme supplémentaire dans l’arsenal militaire des nations.
Dans cette confrontation, l’objectif des belligérants est double, paralyser les communications adverses (et protéger les siennes), et développer sa propagande sur le réseau.

Au mois d’aout 2008, lors du conflit opposant la Géorgie et la Russie, le Kremlin a mené des attaques électroniques paralysant les communications du petit état caucasien. C’est le premier exemple de cyber-bataille dans un conflit entre états.
Les entreprises à la traîne…
Il est de plus en plus évident que les conflits d’intérêts entre états et grandes entreprises vont croissants.
 Les grandes entreprises sont désormais des puissances économiques, juridiques et techniques capables de s’opposer aux états lors d’un conflit d’intérêt.
En décembre 2009, l’entreprise Google a été victime de plusieurs intrusions en provenance de Chine, visant à accéder aux contenus d’e-mails de dissidents politiques chinois. Google aurait pu riposter en paralysant les serveurs qui l’attaquaient.
Mais a ma connaissance, il n’y a pas eu de riposte autre que diplomatique (faute de moyens ?).
Cet épisode assez unique pourrait préfigurer les cyber-conflits entre états et sociétés.

Par ailleurs, il est désormais fréquent de voir entreprises et groupes d’activistes se livrer à une guerre de communication sur le web. Le cas le plus récent est BP, qui réussit mieux à refouler le bad buzz sur le web qu’à juguler la fuite de pétrole dans le Golfe du Mexique.
Enfin, on peut se douter que l’espionnage entre entreprise est déjà une réalité.
On peut également imaginer que des entreprises puissent payer des pirates pour bloquer ou saboter les outils de communications d’un concurrent.

La multiplication des groupes d’individus cybercombattants
On peut distinguer dans ce type de cyber-acteur deux sous-groupes qui différent par leur objectifs :
les cybercriminels et les activistes.

Comme leur nom l’indique, les cyber-criminels poursuivent des objectifs d’enrichissement frauduleux.
Leurs cibles sont principalement les particuliers et les entreprises qu’ils volent ou rançonnent.
On peux également imaginer que ces cyber-criminels puissent être engagés ou manipulés par des états pour « faire le sale boulot ».

Non seulement, ça permet aux gouvernements d’utiliser une force de frappe supplétive dans un conflit, mais également de dévier les soupçons sur un acteur privé.
Des entreprises pourraient également être intéressées pour recruter ces mercenaires.
 Le pire, c’est que ces cybercriminels utilisent dans beaucoup de cas des PC infectés, qu’ils contrôlent à distance, pour commettre leurs méfaits.
On les appelles les botnets ou ordinateurs zombies.
On estime à 750.000 leur nombre à travers le monde mais on atteindra très bientôt le million.
Une raison de plus pour les particuliers et les entreprises d’installer un anti-virus digne de ce nom.

De leur coté, les activistes poursuivent un but politique.
Le nationalisme, l’écologie ou la lutte contre l’oppression sont des étendards qui ont déjà mobilisé massivement les cyber-activistes. Leurs cibles sont aussi bien des gouvernements, des entreprises ou d’autres groupes d’individus.
La propagande est l’arme privilégiée des cyber-activistes.
La plupart de ces actions politiques s’inscrivent dans le cadre de la légalité en prenant la forme d’actions de propagande.
La dernière campagne politique pour l’élection de Barack Obama est un modèle d’occupation du cyber-espace pour l’activisme politique.
Elle laisse présager de l’ampleur des confrontations à venir sur le web entre groupes politiques.

Plus inquiétant, suite à un incident diplomatiques, les nationalistes Russes, Japonais et Coréens se sont déjà livrés à des combats de blocages du web « adverse ».
Il y a eu d’autres passages à l’acte, même en France. La controverse autour du droit d’auteur et du téléchargement d’œuvres culturelles à fait flotter un vent de mobilisation chez les internautes.
Cet activisme naissant a trouvé son paroxysme dans le blocage du site gouvernemantal jaimelesartistes.fr.

Dans une société française de plus en plus communautarisée, on peut facilement imaginer des oppositions politiques qui se prolongent sur le web dans une guerre ouverte entre communautés ou groupes antagonistes.
Au magrheb, jeunes islamistes et jeunes progressistes se livrent une lutte violente sur Facebook.
L’action a été déclenché par les islamistes qui détournent les mécanismes de modération de FaceBook pour obtenir la censure automatique de profils Facebook d’utilisateurs ou d’utilisatrices aux moeurs un peu trop libérales pour un intégriste.

On peut également ranger dans cette catégorie du cyber-activisme, les actions de divulgations de documents secrets dont le site Wikileaks s’est fait une spécialité. A la frontière de la légalité, elle nous ramène aux actions de police et de censure sur le web, légitimes ou arbitraires.
Les états du monde s’engagent de plus en plus dans la reprise de contrôle technique et juridique du web… tâche facilitée par les ogres Google, Facebook et consorts qui engloutissent par milliards des données personnelles sur le naunaute… qui applaudit des deux mains ce piège qui se referme sur lui.


Partagez cet article
_________________
CLIQUEZ ICI http://berna-lydie.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 28 Aoû - 12:10 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Index du Forum -> . -> Actualités Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com